Commerciaux, vous pouvez parler mais votre cerveau doit se taire

Je vous propose de continuer cette série d’articles sur les 10 compétences en vente méconnues.

Depuis des décennies, il existe un consensus de tous les acteurs commerciaux sur l’importance de parler 30% à 40 % du temps et d’écouter 60 à 70% du temps. Ce rapport n’est pas gravé dans le marbre (même si l’intelligence artificielle apporte des réponses inédites sur ce sujet, j’y reviendrai dans un prochain article passionnant), même un 50/50 est acceptable. En réalité, c’est surtout l’étape dans le processus de vente qui dicte le rapport plus que le ratio lui-même.

Dans une phase de qualification de l’opportunité, le commercial parle plus, dans une phase de découverte, il pose des questions et écoute … c’est le sujet qui nous intéresse. Ce n’est donc pas une question de quantité mais de timing. Ceci étant, plus important que la parole, c’est l’activité cérébrale qui compte. Je m’explique …

Quand un commercial écoute, différentes choses peuvent lui passer par la tête : 

  • Réfléchir aux questions qu’il va poser ensuite ; 
  • Élaborer une stratégie de réponse en live ;
  • Créer des solutions dès qu’il entend des problèmes ;
  • Qualifier l’opportunité en silence ;
  • S’inquiéter de l’avancement médiocre de la réunion ; 
  • Se réjouir des progrès réalisés.

C’est cette causerie interne qui va générer finalement plus de tort que le fait de trop parler. Si le commercial s’adonne aux activités ci-dessus, il ne sera pas capable d’entendre ce que son prospect dit. Il ne sera d’ailleurs pas en mesure de poser de bonnes questions pour creuser quand la parole lui reviendra… En effet, il va poser la question suivante de sa liste, une question certes appropriée mais pas avec le bon timing. Il a vu passer le ballon mais ne l’a pas saisi et donc il ne va pas creuser … il ne sera plus en mesure de découvrir les vrais problèmes et d’identifier les raisons impérieuses d’acheter du client.

Que peuvent faire les managers pour changer les choses ? Appliquer la règle des 3 R. 

  • Rôle (Jeux de)
  • Répétition
  • Renforcement

Les 3 R aideront à enseigner, montrer et démontrer les bénéfices de l’écoute active et à travailler les compétences de questionnement. Les limites de l’exercice résident dans les compétences en vente réelles du commercial ainsi managé : dans quelle mesure le commercial a besoin d’approbation ? comment est-il impliqué émotionnellement ? comment retombe t’il sur ses pieds après un rejet ? est-il trop confiant ? pas assez ? est-il le champion toutes catégories du recours aux excuses ? 

Plus d’articles et d’outils en ligne sur www.bridge-developpement.fr

Faites le test sur un commercial de votre équipe en cliquant ici

Performance commerciale
Olivier Guerin

5 questions difficiles que vous devriez poser à vos prospects

« Quel est le problème majeur auquel font face vos équipes commerciales ? », la réponse des managers commerciaux que j’interroge n’est pas forcément celle attendue. En approfondissant, il apparaît souvent que les commerciaux ne manquent pas d’opportunités … mais qu’ils en ont trop.  Contre-intuitif ? Embarras du

Lire plus »

Ce que font les meilleurs commerciaux

Les meilleurs athlètes savent exactement comment ils font pour avoir autant de succès. En plus du talent, de conditions favorables à leur développement, ils maitrisent techniquement tous leurs gestes et répètent leurs gammes inlassablement. A contrario, la plupart des meilleurs commerciaux ne savent pas exactement

Lire plus »

Indulgence et exigence, rarement maniées comme il le faudrait !

Les résultats de l’équipe commerciale sont en berne. Le/La Président(e) a décidé d’aller au charbon et lors de la grande réunion commerciale ça va être la lecture d’une longue litanie de chiffres. Des chapelets entiers de données seront passés au crible et les managers commerciaux

Lire plus »
Olivier Guérin

Olivier Guérin

Spécialiste des Maux de Vente

Diplômé de NEOMA Business School, fort d'une expérience de 20 ans, je suis passionné par la vente, de la prospection à la fidélisation et par l'amélioration des équipes commerciales.

Partagez cet article

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email